1Quatre ans déjà ! Je suis maintenant en retraite et il nous faut quitter St Laurent du Maroni pour rentrer chez nous, en Ardèche.

Il nous faut quitter cette belle maison du quartier historique dit "Le petit Paris".

Nous y aurons passé de biens bons moments.

Si vous êtes curieux, regardez la taille du cactus et allez voir dans mes premiers articles : c'est incroyable comme il a grandi.-

2-Les déménageurs sont là. Nous n'en avons plus pour très longtemps.

-

-

3-

-

-

-

Nous quittons St Laurent quelques jours plus tard non sans faire une dernière visite à cette belle promenade sur le bord du Maroni.

Que de rencontres avons nous faites ici, que de beaux couchers de soleil sur le Suriname.

.

4

Et c'est le départ. Adieu St Laurent. Je sens déjà que je laisse une partie de mon cœur ici.

5

Un dernier passage au check point d'Iracoubo. C'est un passage obligé sur lequel a été établi un barrage permanent qui empêche les bandits de l'Ouest (souvent surinamais et guyaniens) d'aller sur Kourou et Cayenne. Il y a un barrage équivalent sur la route de l'est, à Bélizon, pour bloquer les brésiliens en situation irrégulière.

Mais cela n'arrête pas des gens décidés, et la violence sévit souvent dans les villes protégées.

Ce barrage est tenu par les escadrons de passage des gardes-mobiles. Et il arrive parfois, au début de leur séjour, que certains profitent de cette opportunité pour faire des contrôles supplémentaires. Et là, c'est vraiment mal vécu car on se sent pris comme dans une nasse.

6

-

-

Nous avons choisi de prendre notre dernier repas à Rémire-Montjoli, belle banlieue de Cayenne. Évidemment, les crevettes de Guyane font parti du menu.

7

La plage est vraiment magnifique et il reste de la place. Avis aux amateurs !

8
-
Puis c'est l'attente à Rochambeau, l'aéroport de Cayenne. L'avion étant arrivé de Paris avec 2 heures de retard, nous avons tout le temps devant nous.
-
-
-

L'aérogare n'est pas spécialement élégant. Il y a une grande bataille actuellement à son sujet car le nom de ce lieu est Rochambeau.

Ce brave Rochambeau (il participa de manière décisive à l'indépendance des États-Unis) semble avoir un homologue qui aurait fait dans l'esclavage.

Cette homonymie déplait à pas mal de gens en Guyane et un grand débat est en cours pour changer le nom de l'aéroport. Seulement chaque composante guyanaise souhaite que ce soit un de ses héros qui donne son nom à l'aéroport. Ce n'est pas gagné. Une chose est pratiquement acquise : ce ne sera pas un nom amérindien (Sepelu était pressenti, voir ici : http://www.potomitan.info/ki_nov/guiyan/sepelu.php ) car ça ne plait pas à la classe dirigeante de Cayenne.

10

-

Notre avion est arrivé peu avant le départ de celui d'Air France.

-

-

-

11

-

Après la campagne promotionnelle pour la Guyane des années 2005-2007 (environ) :

"La Guyane, personne ne vous croira"

voici la nouvelle tout aussi bien ciblée

"Où vivre une expérience unique ?"

--

12

Puis c'est le départ. Nous avons la chance d'être surclassés en classe affaire. Vous savez ? celle qui est à l'avant de l'avion et dont, bien souvent, les voyageurs ne paient pas leurs billets : hommes d'affaires, chefs d'entreprises, élus, hommes politiques. C'est comique d'imaginer que tout le monde participe à leurs billets d'avion soit par le prix des marchandises ou services que nous achetons, soit par nos impôts.

13

-

-

Il faut bien reconnaitre que l'on est particulièrement bien traité dans cette classe. Repas et vins dignes d'un grand restaurant, grands fauteuils (6 de front au lieu de 9 dans la bétaillère) et beaucoup plus de place pour allonger les jambes. Sans parler du grand écran vidéo.-

-

14

-

Le petit déjeuner...

-

-

-

-

 

À Orly nous retrouvons avec joie le fils de nos amis amérindiens kalina du village Paradis (un des hameaux de St Laurent), Joël (avec le bonnet) qui vit à Paris depuis un an.

16

Puis c'est l'arrivée en Ardèche où une bonne surprise nous attend : deux couples d'amis ont investi la maison avec la complicité de nos enfants pour nous faire un magnifique accueil.

17

-

Ensemble, ils avaient préparé un petit repas que nous avons pris rapidement (nous étions un peu fatigués après 41 heures de voyage...).

18

Notre nouveau domaine.

C'est le dernier article que je fais dans ce blog. Il contient 296 articles (soit une moyenne de plus de un par semaine) dans lesquels,en cherchant bien vous pourrez y trouver beaucoup d'informations sur la vie en Guyane, la forêt guyanaise, les gens, le fleuve.

Peut-être, et cela me ferait beaucoup plaisir, vous donnera-t-il envie de découvrir ce magnifique département. Bonne lecture.