1Je viens de découvrir une petite merveille : le paramoteur. C'est une machine au vol lent qui permet de profiter pleinement de l'endroit que l'on survole.

Je vais vous faire visiter cette belle ville qu'est Saint Laurent du Maroni.

---

2

 3-

-

-

Accrochez vous, c'est parti !

-

-

--

Voici la première vue de la ville au décollage. Le modernisme de la conception est évident. Avant St Laurent, il y avait un village amérindien : Kamalakuli.

Le lieu fut baptisé St Laurent le 23 août 1857 par le commandant Mélinon en l'honneur du gouverneur de la Guyane de l'époque, l'amiral Auguste-Laurent Baudin. À l'époque on ne supportait pas les noms indigènes des lieux....

-

4Au bout de mon pied, vous avez le bagne. Les 12 baraques sont les logements des bagnards. Le petit espace à droite est le quartier disciplinaire avec les cages (il n'y a pas d'autre mot possible) des punis, certains à mort.
Les guides du camp nous parlent de 18 condamnés exécutés en 100 ans.

5

Voici les quartiers du Petit Paris (ainsi appelé parce que du temps du bagne, avec la main d'œuvre gratuite, il était toujours très propre) et des Cultures (qui était le jardin de St Laurent).

6-

Je ne résiste pas au plaisir de vous montrer notre maison. Elle a été construite du temps du bagne, vraisemblablement au début du 20ème siècle. Ce sont les cadres du bagne qui logeaient dans ces petits palais.

7-

-

Voici le centre ville de St Laurent. Il y a aussi de nombreux quartiers.

On voit bien ici quelques quartiers périphériques et la forêt qui entoure le tout.

Au premier plan, Paddock, au fond St Louis.-

-

8-

-

-

Sur la gauche, le quartier des Vampires. Il y a plusieurs écoles dans cette zone, de la maternelle au lycée technique.

Au fond, à gauche de l'aérodrome, c'est baka lycée (derrière le lycée).

--

9-

-

Les iles du Maroni. La toute petite est l'ile aux lépreux. À sa droite, l'ile de la quarantaine.

Au bout de cette ile, se confondant avec le continent, l'ile Portal, la plus grande ile du Maroni.-

-

-

-

-

-

10De l'autre côté du Maroni, la ville voisine surinamaise : Albina.

C'est d'ici que viennent de nombreux vendeurs à la sauvette (nourriture et cigarettes....) et de nombreuses crapules, dont certaines sont dangereuses, qui viennent agresser les habitants de St Laurent.

Quand on sait que nombre d'entre eux profitent de l'argent français (allocations familiales et autres), ça permet de se poser des questions sur les limites de la générosité nationale...

-

Au premier plan, le quartier de la Charbonnière. C'est le quartier principal des noirs marrons.
C'est l'endroit des contrastes. Restaurants sympa d'un côté, lieux plus sombres de l'autre.
C'est ici que nombre de St Laurentais viennent se ravitailler en produits plus ou moins légaux...
Vous voyez aussi les pirogues qui font la navette tous les jours avec le Suriname.
Rares sont celles qui accostent vers la douane....

12-

Ici, c'est le quartier du Lac Bleu. Personne n'a pu me dire pourquoi bleu...

Rectification : ce lac est un lac de carrière de laquelle était extrait une roche bleue.-

--

 

13-

Voici la richesse de St Laurent : la rhumerie St Maurice. C'est la dernière de la Guyane.

N'en déplaise à certains (pardon amis antillais !), le rhum produit vaut largement celui des Antilles. Il n'y en a pas beaucoup en métropole (la production est peu abondante), mais si vous voyez une bouteille de Belle Cabresse, laissez-vous tenter, vous ne le regretterez pas.-

14-

Toutes les commues du littoral de Guyane manquent de logements. Tous les ans, de nombreuses petites cités sont construites.
En voici une qui fera partie du cru 2010.

-

-

Voilà, nous avons déjà fait le tour de la ville. Il est temps de se poser.

16

Il fait presque nuit. Toute l'année nous avons des jours de 12 heures et la tombée de la nuit varie de 18h30 à 19 h.

Nous n'avons jamais de grandes soirées... mais cela ne nous empêche pas de faire la fête !!!