1Les préparatifs de départ vont bon train. La semaine dernière, nous étions avec nos amis motards du L2RO (Les 2 Roues de l'Ouest), le club moto de St Laurent du Maroni.

Avec eux j'ai eu l'occasion de faire de belles balades au Suriname que je vous ai d'ailleurs relatées au fur et à mesure dans ce blog.

Nous avons aussi rejoint les amis des clubs de Kourou (un petit clin d'œil à Gilles qui est un motard désintéressé et plein d'idées) et, plus rarement parce que déjà un peu loin, ceux de Cayenne.2-

Steve, le grand gaillard debout, est le président des L2RO.

C'est sur lui qu'a reposé l'organisation administrative des courses de côtes "Kamalakuli race" préparées par le club et qui ont eu un réel succès auprès des motards guyanais. Kamalakuli était le nom amérindien de St Laurent au moment de l'arrivée des français.-

3

Marc et Tijo sont également deux piliers du club. Leur connaissance du Suriname et les amis qu'ils y ont nous ont souvent été précieux lors de nos visites.

Je veux également salué la gentillesse de Wario (dont je n'ai pas de photo, hélas) car il est venu spécialement de Cayenne pour notre départ. Merci à toi, l'ami.

-

4

Évidemment, l'intendance n'a pas été oubliée. Dans quelques jours, il ne sera plus question d'être en T-shirts à 23 heures... Ça va être dur à vivre au début !!!

5

Le cadeau du club est magnifique. C'est un tableau en art Tembé, l'art des Saramacas, les noirs marrons du fleuve.

Il symbolise l'amitié durable. Un grand merci à vous mes amis.

6

--

-

Tout ici se vit en musique et Tijo est particulièrement bien équipé. Ici, le coin discothèque.-

-

-

-

-

-

7

Et évidemment le bar où l'on cause...

8

Puis, une semaine plus tard, c'est l'au revoir aux autres amis. Cette fois cela se passe sur notre terrasse. Cette terrasse qui a été notre lieu de vie durant ces quatre années. Nous n'avons jamais mangé à l'intérieur de la maison... dans laquelle nous n'avions de toute façon pas de table !

9

-

-

-

-Chayenne était notre plus jeune invitée.

-

-

-

-

-

-

10Benoit, au fond, est notre dernière connaissance guyanaise. Dommage qu'il soit arrivé si tardivement car nous aurions sûrement beaucoup de choses à nous dire.

-

-

-

-

-

-

11

La soirée a été chaude et Guérit a eu un petit coup de fatigue. Nous garderons un bon souvenir de cette famille amérindienne arawac avec laquelle nous avons eu beaucoup de relations.

-

-

-

12

Comme d'habitude, tout s'est terminé en chansons.

Nous manquons, hélas, de photos car il est difficile d'organiser une soirée et de faire aussi toutes les photos que l'on souhaiterait.

En tout cas, merci à Benoit qui m'a donné quelques unes des siennes.

13