1Notre séjour en Guyane touche à sa fin. C'est pour fin août. Les amis de Kourou et de Cayenne sont venus aujourd'hui à St Laurent pour nous dire au revoir car certains vont bientôt partir en vacances et ils ne seront pas là lors de notre départ.

Ce sont donc 9 motos qui débarquent chez nous.

motards_1

Nous prenons juste le temps de prendre un petit rafraîchissement sur notre terrasse.

Cette terrasse qui a été un important lieu de vie pour nous. Nous n'avons jamais pris un repas à l'intérieur de la maison.-

-

-

3Puis nous partons pour St Jean du Maroni, un hameau de St Laurent. Là était le camp de la relégation du temps du bagne.

Nous sommes en pleine saison des pluies. Habituellement, il commence à pleuvoir en début d'après-midi.

-

-

4Ce restaurant est magnifiquement situé au bord du Maroni. Il sert les spécialités guyanaise (viande bois, poisson) et métro (bifteck frites et autres...).

Nous serons nombreux aussi à succomber à la tentation de l'apéritif local...-

-

5-

L'ambiance est bonne. Il faut dire que la salle a été chauffée par un de ces incontournables matches de foot du mondial. Même ici il faut subir cette torture collective... Vous aurez compris ma passion pour ce que nombre de gens appellent encore du sport.

6

Le repas est terminé. Nous nous préparons à quitter le resto. Gisèle rentre à St Laurent avec la voiture et moi je pars avec les copains à Apatou.
Vous verrez sur la dernière photo comment ce chien est transporté.

7Cette fois ça y est : il pleut. Nous venons de faire 40 km sous la pluie. Et nous arrivons pour vivre une curieuse expérience.

Nous nous engageons dans les ruelles du village. Nous voyons un groupe de gens dans un carbet. Les premiers d'entre nous passent lorsqu'un jeune à l'haleine avinée (abiérée serait plus juste, mais je crois que ce mot n'existe pas) nous bloque et nous demande des bières de façon un peu agressive.

En fait ces gens participent à une veillée mortuaire (un enfant qui a été tué hier par arme à feu).

8Nous sommes cernés par des gens qui parlent tous à la fois et très fort. On n'y comprend pas grand chose au départ.

Nous nous préparons à faire demi-tour pour respecter cette cérémonie, mais le jeune aviné nous bloque le chemin : il veut ses bières et il se fait menaçant (en parole seulement il est vrai).

Nous nous dégageons et nous sommes arrêtés par des anciens (à l'haleine guère plus fraiche) qui veulent nous expliquer. Mais nous expliquer quoi ? ils me prennent mes clés de contact. Ce n'est sûrement pas une bonne méthode pour nouer une discussion. Il ressort de tout cela que ce serait une tradition. Mais elle a bon dos, la tradition. Depuis quand existe-t-elle ? Il n'y a pas si longtemps que ça que la bière est arrivée ici !!!

9

Nous avons même eu droit à des insinuations racistes, ce qui est assez rare en Guyane. Et d'autant plus surprenant qu'il est convenu que c'est le blanc qui est raciste et les autres les victimes... Après quelques minutes tendues, ils nous laissent repartir.

Il n'empêche que Apatou est un joli village qu'il faut visiter si l'occasion se présente.

Sur cette photo, Anne-Marie nous montre le résultat du passage sur les deux kilomètres de piste en latérite qui restent (plus pour longtemps) pour accéder au village.

10

Je vous avais promis de vous montrer le mode de transport du chien.

Puis les amis sont repartis pour 2 heures de route plutôt humides pour les kourouciens, presque 3 pour les cayennais. Bonne route les amis et merci pour votre visite.