1Et nous disons au revoir à nos ibis. La nuit tombe rapidement ici et il ne faut pas se laisser surprendre sur le fleuve.

(photo Claude Vergnaud)

-

-

 

-

--

DSCF5355Au passage, admirons le système racinaire des palétuviers.

La mangrove vit une quinzaine d'année. Les premiers palétuviers s'installent en bord d'océan. Ils retiennent dans leurs racines des boues qui permettent l'implantation de nouveaux arbres et ainsi de suite.

Puis les premiers palétuviers commencent à dépérir et meurent. Le sol disparaît progressivement et la mangrove avec.

3

Elle se réinstallera quelques années plus tard. En plus des ibis qui sont agréables à regarder, la mangrove abrite des petits papillons qui ont une poussière très urticante sous les ailes. Tous les ans, la papillonnite sévit dans la zone littorale. Les démangeaisons sont insupportables et il n'y a pas grand chose à faire pour les soulager.

DSCF5357

Nous ne sommes pas les seuls à observer les oiseaux.

Nous pensons que ce monsieur bien blanc et torse nu se rappellera longtemps de son passage sur le Sinnamary !!!

DSCF5359-

-

-

-

Un peu partout, il y a des petits canaux impraticables qui pénètrent sous la mangrove.

DSCF5366-

-

-

-

-

-

-

Et nous dérangeons ces curieux poissons appelés gros yeux.

Ils ont la particularité de se déplacer à la surface de l'eau.

Ils prolifèrent tranquillement vu qu'ils ne sont pas comestibles (enfin au moins pour l'homme...)

DSCF5367

 

DSCF5372

Les palmiers sont présents partout en Guyane. Il y a ceux qui sont bien au bord de l'eau (quand ce n'est pas les pieds dans l'eau des marécages) et ceux qui ne sont présents que dans les zones plus sèches.

Ils créent un paysage attachant.

DSCF5377-

-

-

Les hardis navigateurs sont tous heureux de ce bon moment passé sur le fleuve...

Heureux aussi de ce petit intermèdes sans pluie.

DSCF5375

DSCF5379

Et nous voici en vue de Sinnamary. L'arrivée dans ce village est belle d'où que l'on arrive.

Je  vous rappelle que Sinnamary est le village natal de Henri Salvador.

DSCF5381

Ce qui est bizarre ici, c'est la présence du cimetière au bord du fleuve, juste à côté du port de pêche.