3__1_Ce soir nous allons dîner au Brésil, à l'Ilho do sol (îlet du soleil). Vous l'apercevez entre les deux poteaux de gauche.

Ce qui frappe en arrivant sur ce fleuve c'est l'activité nautique. Une multitude de pirogues font la jonction avec Oyapoke, à 15 minutes d'ici.

3__2_Les piroguiers sont tous brésiliens.

Les brésiliens sont généralement des gens d'une grande gentillesse. Je ne parle pas bien sûr des bandits qu'ils appellent eux-mêmes "les gens de Sao Paulo". Tout un programme : ceux-ci tirent d'abord et dévalisent ensuite.

Le monsieur avec moi, bien que déçu de ne pas avoir été retenu pour la traversée a absolument tenu à être photographié avec nous.

-3__3_

Et nous voici avec Julio, le piroguier attitré de Françoise, mon amie de St Georges, en direction de l'ilho.

Vous avez une idée de l'ambiance qui ne nous a pas quitté durant tout ce week-end...

-3__4_

La construction est sur pilotis, un peu bancale. Mais il paraît qu'après la deuxième caïpirinhia on ne s'en aperçoit plus...

-3__5_

Ici aussi il y a de magnifiques couchers de soleil.

3__6_Mais nous ne sommes pas là pour rêver...

Nous voici donc à l'oeuvre avec nos hôtes Valéria et Francisco (au fond).

Francisco ne parle pas français, mais on arrive toujours à se comprendre !

3__7_

Pendant le repas, Francisco va lever une nasse à crevettes. Voilà une partie du repas de demain (je sais : il en faudra d'autres).

Que ce soit pour les fruits comme pour la pèche ou la chasse, la nature ici est généreuse.

3__8_

La soirée est passée bien vite. C'est l'heure du retour.

La navigation fluviale nocturne est spéciale ici. Rares sont les pirogues munies de feux de signalisation.

Ce qui ne les empêche pas d'aller moteur à fond !!!

3__9_

Et nous nous retrouvons chez Françoise pour un dernier petit verre de vendanges tardives.

Et demain, le plein des machines....

****************************************

note : depuis que j'ai préparé cet article, un accident de pirogue a eu lieu dans ce coin. Il a fait un mort.
Il y a eu une collision entre une pirogue de clandestins et une qui transportait des touristes. Aucune n'était éclairée, comme je le disais plus haut.